Aller au contenu
Accueil » Burnout (1ère partie)

Burnout (1ère partie)

 

« C’est encore lundi. Je me sens fatigué et je commence à désespérer si cela doit continuer ainsi. Je n’ai pas pu me reposer de tout le week-end. Je me sens toujours accablée par le travail qui reste à faire, les factures qui doivent encore être payées, les demandes auxquelles je dois encore répondre, les réparations que j’ai promis de faire il y a longtemps…. J’ai trop de choses pour lesquelles je ne trouve pas de temps et de nouvelles tâches qui s’ajoutent. Une fois de plus, j’ai à peine dormi la nuit. J’ai une sensation de pression dans la tête, des douleurs dorsales et des palpitations. Je me sens vide et épuisé. J’ai envie de prendre des vacances. »

Burnout - un état d'épuisement nerveux

Beaucoup de gens connaissent ce phénomène, qui est de plus en plus fréquent et que l’on appelle le syndrome de burnout depuis que Herbert Freudenberger a publié un article sur le sujet en 1974. Certains l’appellent l’engouement ou la maladie de la civilisation, d’autres mettent en garde contre une épidémie de burnout généralisée.

Herbert Freudenberger 1926-1999 qui a été le premier à utiliser le terme de burnout

Herbert Freudenberger 1926-1999

La nouvelle version de la classification internationale des maladies, CIM-11, a inscrit pour la première fois l’épuisement professionnel comme un « phénomène professionnel ». Dans la CIM-10 qui a précédé, il y avait un « numéro supplémentaire », à savoir le Z73. Il décrit « les problèmes liés aux difficultés de la vie ». Il s’agit notamment du manque de détente et de temps de loisirs, ainsi que des conflits liés aux rôles sociaux.

Dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5) de l’American Psychiatric Society (APA), le système de classification psychiatrique dominant aux États-Unis, il est mentionné dans le spectre de la neurasthénie, mais n’est pas un syndrome cliniquement indépendant.

Burn Out, le livre de Herbert Freudenberger

Bien que l’inscription officielle sur les listes de diagnostic a pris du temps, le problème est généralement connu et présent. Le site Amazon répertorie à lui seul plus de 10 000 titres de livres avec le mot-clé « burnout ».

La cause du syndrome d’épuisement professionnel (burnout) se manifeste par un stress permanent et un surmenage. Le concept de stress remonte à la réaction de Walter Cannon, en 1915, au combat ou à la fuite. Cela a permis d’assurer la survie des reptiles tout au long de l’histoire de l’évolution. Il provoque la libération rapide d’adrénaline et de cortisol, ce qui permet une adaptation physique et mentale rapide à des situations mettant la vie en danger.

Walter Bradford Cannon 1871-1945 qui a inventé la notion de stress

Walter Bradford Cannon 1871-1945

Nos conditions de vie et de travail ont fondamentalement changé en quelques siècles seulement. Aujourd’hui, la plupart des gens ne connaissent plus le danger immédiat de survie. Mais notre cerveau reconnaît encore de nombreuses situations comme étant menaçantes, et les anciens schémas de réaction qui ont souvent sauvé des vies dans le passé restent profondément ancrés dans notre « vieux cerveau ». Ce paléocortex est resté au stade de l’évolution reptilienne. C’est là que les circuits de sauvetage, éprouvés à la préhistoire, continuent de fonctionner lorsque notre cerveau identifie des menaces et des dangers. Nous ne pouvons pas nous adapter à la vie dans la civilisation actuelle aussi rapidement que nos conditions de vie ont changé.

Werner Tiki Küstenmacher, qui est devenu célèbre il y a 20 ans en publiant son best-seller « Simplifying Life », a dessiné cette partie archaïque du cerveau que nous avons héritée de l’ère des reptiles comme un animal de compagnie mignon, mais peu intelligent, semblable à un reptile, et l’a nommée Limbi. Ce nom rappelle le système limbique, qui est une partie importante de cette partie du cerveau et qui est responsable de nos émotions.

Werner Tiki Küstenmacher, né en 1953

Werner Tiki Küstenmacher

C’est ce Limbi en nous (comme personnification de notre système limbique) qui sonne constamment l’alarme, augmente la pression sanguine, bloque la digestion et augmente le tonus musculaire pour permettre un combat ou une fuite rapide. Cependant, cette réaction n’est plus appropriée ou utile dans nos conditions de travail actuelles. Son apparition répétée cause plus de dégâts qu’elle n’aide. Elle conduit à un état d’exigences excessives et de performances réduites, que nous appelons l’épuisement professionnel (burnout).

Tatjana Reichhart l’a très bien comparé à un baril d’eau. Tout ce qui nous stresse, comme la pression du temps, les disputes avec les collègues ou la peur de l’avenir, est versé dans notre baril de stress. Lorsqu’il est plein, il suffit d’une petite goutte de colère pour faire déborder le tonneau. Parfois, par exemple, notre partenaire ne nous accueille pas de manière amicale le matin et nous faisons une « dépression nerveuse » à cause de cela. Ce qui continue à remplir le tonneau, c’est toute forme de stimulation, de satiété et de distraction.

Tatjana Reichhart qui s'intéresse aux questions de burnout

Tatjana Reichhart

De nombreuses personnes pensent qu’elles peuvent améliorer leurs performances en travaillant sur différentes tâches en même temps. Mais des études ont montré à plusieurs reprises que c’est exactement le contraire qui se produit. Nous ne pouvons nous concentrer que sur une chose à la fois, et si nous voulons faire plusieurs choses en même temps, notre attention doit continuellement sauter de l’une à l’autre. Cela demande du temps et de l’énergie supplémentaires, qui nous manquent alors pour accomplir les différentes tâches. La même chose se produit chaque fois que nous sommes distraits par ce que nous faisons, qu’il s’agisse d’un message sur notre smartphone, d’un appel téléphonique, d’un courriel entrant ou d’une brève question d’un collègue. Ceci est magnifiquement illustré par Nir Eyal dans son livre « Indistractable : Comment contrôler votre attention et choisir votre vie » (une suite de son précédent best-seller « Hooked »).

Nir Eyal

Nir Eyal

Mel Robbins la décrit aussi très bien dans son livre « The 5 Second Rule: Transform your Life, Work, and Confidence with Everyday Courage », comment elle est arrivée au burnout par une accumulation continue de stress jusqu’à ce qu’elle trouve enfin sa solution personnelle pour sortir de ce cercle vicieux.

Mel Robbins

Mel Robbins

Dans le modèle classique du stress, que Jon Kabat-Zinn utilise, des stimuli externes spécifiques déclenchent en nous des réactions psychologiques et physiques. Ces facteurs de stress sont souvent comme le temps et nous n’avons aucune influence sur eux. Ils peuvent être, par exemple, une réaction de colère et de frustration avec une libération immédiate d’adrénaline lorsque nous voyons un bus partir juste sous notre nez. Il peut également s’agir d’un sentiment d’impuissance et de tristesse lorsque nous sommes submergés par des soucis constants tels que les dettes ou les problèmes avec les autorités fiscales.

Jon Kabat-Zinn. qui a mis au point un traitement préventif pour le burnout

Jon Kabat-Zinn

Les facteurs de stress, qui sont généralement chargés de sentiments négatifs, exigent une réponse de notre part. Dès que le baril menace de déborder, des mécanismes d’adaptation spontanés, appelés stratégies de survie, prennent volontiers le relais. Jon Kabat-Zinn parle ici d’une fonction de pilotage automatique qui nous soulage du désagrément de devoir y faire face.

Les mécanismes d’adaptation classiques de cette fonction de pilotage automatique sont le déni, l’engouement pour le travail, l’abus de substances (café, nicotine, alcool, drogues), les troubles alimentaires et la dépendance aux achats. Cependant, ces mécanismes d’adaptation sont mal adaptés aux conditions de vie actuelles et s’avèrent donc encore plus dommageables que les facteurs de stress initiaux qui les ont déclenchés. Ils déclenchent en nous un cercle vicieux de réactions sans fin.

 

N'hésitez pas à partager cette information avec vos amis !

2 commentaires sur “Burnout (1ère partie)”

Partagez ici ce que vous pensez

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.