Aller au contenu
Accueil » Es-tu l’un des deux ?

Es-tu l’un des deux ?

Si quelqu’un souffre de fatigue, il aura souvent l’impression d’être le seul à qui cela arrive. Or, la réalité est différente et j’exagère à peine en disant que c’est le cas d’une personne sur deux dans notre monde civilisé d’aujourd’hui.

Déjà en mars 2000 une étude Ipsos (une entreprise de sondages française réputée pour ceux qui ne devaient pas la connaître) a constaté que 47 % des Français ont déclaré avoir éprouvé au cours des douze derniers mois une fatigue persistante d’une à plusieurs semaines.

Or, vu que tu as choisi de regarder ce blog, il y a des chances que tu sois également concerné. Pour en savoir plus, je te propose de répondre à mon petit questionnaire d’autoévaluation qu’on peut faire en moins de cinq minutes.

L’évaluation de ce questionnaire te sensibilisera aux différents aspects et raisons de fatigue qui s’avère un ensemble hétérogène de pathologies et de dérèglements divers qui demandent des approches nuancés en fonction des cas de figure.

Il est cependant vrai que malgré la diversité des causes possibles, nous sommes souvent confrontés avec un état multifactoriel dont les causes les plus fréquentes correspondent aux rubriques principales énumérées dans ce blog.

Un besoin physiologique de 7-8 heures de sommeil chez l'adulte

Toute personne adulte a besoin de 7-8 heures de sommeil

Il est tout à fait étonnant de constater le peu de recherche et d’enseignement qui a été consacré jusqu’à il y a peu de temps aux différents phénomènes de fatigue et somnolence, alors que la physiologie de notre corps prévoit que nous passons environ un tiers du temps de notre existence sur terre à dormir.

Lorsque je dis « environ un tiers du temps », cela ne veut pas dire que ce sont toujours exactement huit heures par jour pour tout le monde. La durée change avec l’âge et dépasse les douze heures pour les nouveau-nés. Des recherches récentes ont cependant montré que la variation de la durée optimale et nécessaire de sommeil chez l’adulte ne variant pas autant d’un individu à l’autre comme on l’avait cru, il y a vingt ans.

La recherche actuelle en médecine du sommeil (qu’on appelle aussi hypnologie ou somnologie) m’a passionnée depuis longtemps. Elle s’occupe actuellement surtout à faire des enregistrements de polygraphie pour évaluer des troubles de la vigilance et dépister des apnées du sommeil, ainsi que des syndromes de jambes sans repos ou des parasomnies et des hypersomnies, sans oublier des pathologies spécifiques comme la narcolepsie.

Ce type de pathologie nécessite une prise en charge médicale individuelle et ne sera pas au centre de ce blog qui s’intéressa davantage aux autres aspects et facteurs non organiques qui causent des états de fatigue et qui sont généralement plus fréquents parmi les « 47 % des Français » qui se plaignent de « fatigue ».

Tu y trouveras tout ce qui se rapporte au « Burn-Out » et la fatigue chronique (ou syndrome de fatigue chronique), mais également des phénomènes comme la « fibromyalgie » et la différence avec certaines formes de dépression.

Un manque de sommeil finit toujours par se manifester - un homme endormi en journée

Un homme endormi en journée

Malgré les avancées récentes à la hauteur des neurosciences, le tiers nocturne de notre existence que nous passons normalement à dormir reste encore en partie un terrain inconnu, une sorte de « terra incognita » comme l’a été par exemple pendant longtemps le bassin du Congo en Afrique sur les anciennes cartes géographiques ou les espaces au sud de la Nouvelle-Zélande (« terra australis incognita »). Cette appellation reste encore valable de nos jours en géographie pour les fonds marins et en médecine pour les derniers secrets du sommeil.

La page de titre du première édition de l'Interprétation des rêves de Sigmund Freud en allemand

La page de titre du première édition de l’Interprétation des rêves de Sigmund Freud en allemand

Sigmund Freud avait commencé à s’y intéresser pour la première fois lorsqu’il a publié « L’interprétation du rêve », il y a plus d’un siècle, mais la recherche a avancé moins vite dans ce domaine que dans les autres sciences naturelles. L’hypnose, l’inconscient et les effets subliminaux ainsi que les gestes non verbaux et « instinctifs » témoignent de cette dimension qui reste en relation étroite avec les états de sommeil et un fonctionnement cognitif altéré qui se manifestent plus facilement à ce moment-là.

J’ai déjà commencé à étudier et éclairer ce phénomène dans mon livre « A l’ombre du raisonnement » publié en décembre 2020, mais qui ne sera pas le sujet principal de ce blog, dans lequel tu trouveras avant tout des rubriques qui sont en relation avec les aspects pratiques des facteurs psychologiques du phénomène de fatigue, à savoir, la gestion du stress, la gestion du temps, la gestion des conflits, le bien-être et les passions.

Clique ici pour lire plus

N'hésitez pas à partager cette information avec vos amis !

Partagez ici ce que vous pensez

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.