Aller au contenu
Accueil » Les traces de freinage d’urgence dans l’enfance (dissociation)

Les traces de freinage d’urgence dans l’enfance (dissociation)

L’enfance, une période plus sensible

Pendant l’enfance, nous sommes beaucoup plus vulnérables aux situations et aux événements traumatisants qu’à l’âge adulte. Notre vision du monde n’est pas encore formée. Elle ne nous aide pas lorsqu’il s’agit d’événements inédits. Nous sommes vulnérables et nous nous sentons rapidement impuissants et dépassés. Nous n’avons pas encore de cadre de référence interne qui puisse nous épauler.

Le mécanisme de survie par dissociation (« freinage d’urgence ») fonctionne déjà de manière similaire celui des adultes, mais l’hippocampe et le système limbique n’ont pas encore beaucoup d’expérience. Ils ne disposent pas encore de registres de traces de mémoire qui permettraient de classer les images perturbantes de manière appropriée. Cela peut expliquer pourquoi les troubles psychopathologiques graves dans ce domaine ont presque toujours leur origine dans l’enfance.

Un processus qui n’est pas si rare

Il s’avère que les événements traumatisants de l’enfance ne sont pas aussi rares qu’on pourrait le croire. On rapporte, par exemple, qu’aux États-Unis, près de 5 % des enfants ont été maltraités, et on estime que 38 % des filles et 16 % des garçons ont été abusés sexuellement avant l’âge de 18 ans. En outre, les enfants sont souvent témoins de violences indirectes, telles que des agressions et des violences dans la rue, sans parler des états de guerre dans de nombreuses régions du monde.

Un remède rapide

La fonction d’un frein de secours interne décrite ici leur permet de continuer à fonctionner malgré le traumatisme aigu qu’ils ont subi. Cependant, elle laisse des effets secondaires dans le cerveau. Les traces de ces expériences, qui n’ont pu être comprises qu’incomplètement dans l’enfance, restent comme des abcès à la limite de ce qui peut être visualisé consciemment. Tant que ces résidus ne sont pas neutralisés et traités, ils exercent une influence sur toute leur vie à venir.

Le trouble dissociatif de l’identité (TDI) est un traumatisme particulièrement grave que l’on retrouve chez les patients qui ont été victimes d’abus persistants pendant leur enfance. Je connais des cas où des gens ont vécu avec des personnages de fiction et ont communiqué avec eux sans jamais se demander s’ils pouvaient vraiment exister. L’hypnose peut être utilisée pour découvrir et traiter les traumatismes de leur enfance. Dans ces cas, il a été possible de faire disparaître ces perceptions paranormales.

Un traumatisme typique

Je me souviens d’un patient qui avait assisté à la mort de sa petite sœur, qui avait un an de moins que lui, alors qu’ils étaient enfants. Ils jouaient dans la rue, même si lui, le frère aîné, savait que ses parents l’avaient interdit. Lorsqu’il a décidé d’appeler sa sœur pour qu’ils rentrent ensemble à la maison, c’est arrivé. Sous ses yeux, sa sœur a été tuée par une voiture qui passait alors qu’elle voulait traverser la rue.

Des traces de freinage d'urgence dans la tête des enfants

Le garçon a grandi normalement, mais à l’âge adulte, il n’avait gardé aucun souvenir de son enfance. Plus tard, il a suivi une psychothérapie parce qu’il avait remarqué qu’il se sentait vide et tendu chaque fois qu’il rendait visite à ses parents. Chaque fois que quelque chose était dit sur son enfance dans une conversation avec sa femme ou ses collègues et même s’il n’y avait aucun lien avec lui, il avait un regard distant et vitreux dans les yeux.

Grâce à l’hypnose, il a pu accéder aux souvenirs de la mort de sa sœur qui étaient restés comme encapsulés dans sa mémoire et détachés de toute émotion. Une amélioration de son état n’est cependant intervenue qu’après qu’il ait été confronté à plusieurs questions difficiles et bien explicites. Il devait répondre à la question de savoir si c’était vraiment lui qui avait tué sa sœur, qui était responsable de lui à l’époque, et si un garçon de six ans pouvait être tenu responsable pour la vie de sa sœur.

Les conséquences se manifestent à l’âge adulte

Une autre affaire concerne une mère aimante et attentionnée qui a soudainement commencé à voyager et à laisser sa fille chez des voisins et des amis après que sa fille ait eu 12 ans. Cependant, en voyageant, elle se sentait malheureuse et seule. En thérapie, nous avons compris que sa propre mère était morte subitement alors que la patiente avait 12 ans. Elle n’avait pas versé de larmes et avait terminé avec succès ses études. Le traumatisme de la perte soudaine de sa mère lui a cependant laissé un message qu’elle n’avait pas pu verbaliser auparavant : une jeune fille de 12 ans doit se battre seule pour sa vie future.

Il y aurait encore beaucoup d’autres cas à signaler. Ce qu’ils ont tous en commun, c’est qu’ils ont vécu un traumatisme dans leur enfance. Ils ont réussi à la mettre de côté en tirant sur le frein de secours interne et ont ensuite continué leur vie comme si de rien n’était. Mais à chaque fois, l’événement a laissé des traces profondes que les personnes touchées ignoraient et le reste de leur vie en a été fondamentalement affecté.

Comment s’en sortir

À la question de savoir ce qui peut être fait lorsque vous découvrez un tel trouble en vous-même ou chez un proche, je vous répondrais comme suit :

Le premier pas consiste à tenir un journal des rêves et à pratiquer une forme de méditation dans laquelle vous essayez d’observer clairement votre esprit et vos souvenirs sans essayer de les influencer de quelque manière que ce soit. Ensuite, il est également utile de visiter d’anciens lieux liés aux souvenirs les plus désagréables. Il est important de cesser de s’apitoyer sur vous-même et de vous identifier comme des victimes, afin que les personnes qui vous ont maltraités et torturés n’aient plus de pouvoir sur vous.

Dans les cas plus graves de trouble dissociatif de l’identité, il y a également des changements de personnalité qu’on appelle aussi des «switch», où, par exemple, notre ami Charles agit soudainement comme s’il était quelqu’un d’autre. Pour l’aider, vous pouvez vous adresser à lui en distant : « Puis-je parler à Charles quand il sera prêt à revenir ? » Ensuite, vous pourrez lui demander s’il accepte d’aller voir un thérapeute avec votre soutien pour se faire soigner.

N'hésitez pas à partager cette information avec vos amis !

4 commentaires sur “Les traces de freinage d’urgence dans l’enfance (dissociation)”

  1. C’est fou à quel point les traumatismes de l’enfance peuvent avoir un impact significatif sur la vie d’une personne, même si elle ne se rend pas compte de leur existence.
    Donc même s’ils ont été oubliés ou dissimulés, ils continuent à affecter les comportements, les émotions et les relations de la personne à l’âge adulte…
    Je me demande combien de personnes sont dans ce cas sans le savoir ?

  2. Dieter, la statistique américaine sur les abus sexuels est impressionnante dans le mauvais sens. Je me demandais si cette statistique est propre aux Etats-Unis ou si nous avions nous aussi en Europe des taux du même ordre. Diane

    1. Les chiffres officiels ne concordent pas, mais j’ai constaté que dans le cas de la grande majorité des patients qui m’ont consulté et qui ont subi de tels abus dans leur enfance ou leur adolescence, cela est resté un secret. Je pense donc personnellement que nous devrions trouver des chiffres comparables en Europe aussi.

Partagez ici ce que vous pensez

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.